Le ministère avec les personnes LGBTQ (1/2)

Il y a quelques mois, un comité du CBAC a rédigé pour nos églises un livret pour nous aider à réfléchir à propos de l’exercice du ministère de l’église locale auprès de personnes LGBTQ.

Voici un extrait de la première partie qui nous rappelle quelques fondements théologiques.

Des créatures à l’image de Dieu

L’être humain a été créé par un Dieu souverain, libre de nous créer pour son bon plaisir, et non par obligation ou par nécessité. Nous sommes faits à son image, lui qui nous a donné son souffle de vie. Un être humain est corps et âme, et il a été créé pour glorifier le Dieu créateur. Notre vie a un but et un sens, qui n’est autre que la poursuite du shalom de Dieu — l’épanouissement — pour toute la création. En tant qu’objet de l’amour créateur de Dieu et de son salut recréateur, toute personne a le droit d’être  aimée et respectée. Le but de notre vie est d’aimer et de glorifier Dieu, et de rechercher le shalom de Dieu — l’épanouissement et la plénitude de toute la création. Ce but est au coeur de la conception de notre identité, y compris de notre sexe et de notre sexualité. Si le plaisir, ou la libre expression de notre sexualité, est le but de notre vie, alors nous vivrons notre sexualité différemment que si c’est l’amour et le don de soi. Le but de notre vie n’est pas la satisfaction, le plaisir ou la gloire personnels, mais plutôt la gloire de Dieu et le plaisir en Dieu et ses voies, maintenant et pour l’éternité.

Des êtres physiques

En tant qu’êtres physiques, nous sommes sujets aux pulsions et aux besoins liés à l’existence physique. Nous dépendons des ressources de la planète pour survivre. Nous tirons notre identité en tant qu’êtres humains de notre système biologique, de nos relations, ainsi que de notre environnement. Ensemble, nous formons des cultures, qui à leur tour informent la manière dont nous appréhendons le monde et y vivons nos expériences. Le genre et la sexualité sont des parties importantes de notre identité, mais ils n’en constituent pas la totalité. Nous sommes redevables envers Dieu pour la manière dont nous utilisons les dons physiques et les ressources qu’il nous a donnés, y compris le don de la sexualité.

Des êtres spirituels

Même si l’image de Dieu a été corrompue par le péché, elle est toujours présente en l’homme. Nous sommes donc des êtres pécheurs, mais responsables, qui doivent répondre à l’amour de Dieu et à l’oeuvre rédemptrice de Christ par l’usage que nous faisons de nos vies et des ressources de ce monde. Le Saint-Esprit est à l’oeuvre dans le monde, particulièrement dans la vie des croyants, pour sceller notre identité en Christ, nous convaincre du péché et nous amener à la repentance, pour nous réconforter et nous donner le pouvoir de vivre une vie de disciple. En tant qu’êtres spirituels doués d’une volonté et d’une responsabilité, nous disposons de notre corps en toute liberté. Quels que soit les présupposés et les pressions culturelles, nous avons la possibilité de choisir comment vivre et exprimer notre sexualité dans notre réseau de relations.

En tant que chrétiens, nous sommes d’abord et avant tout des enfants aimés de Dieu, dont la vie a un but et un sens. Nous avons été créés pour adorer Dieu et le servir. Voilà qui nous sommes — voilà notre identité primaire. Nous avons tous une expérience unique et une vision de la sexualité et de l’identité sexuelle différente lorsque nous venons à Christ et nous engageons à le suivre. Notre défi est d’apprendre à nous aider les uns les autres à ressembler davantage à Christ, et ce, ensemble, en tant que peuple de Dieu, particulièrement dans nos relations avec les personnes qui vivent et expriment des identités sexuelles diverses.

Des êtres relationnels

En tant qu’êtres humains, nous avons besoin des autres pour notre épanouissement personnel. Nous avons été créés pour vivre en communauté, comme nous le voyons dans le récit de la création et dans la vie de Jésus. Nos pulsions sexuelles traduisent effectivement notre désir de nouer des liens avec autrui, mais il existe d’autres moyens d’être en communauté et de ressentir la plénitude. Le dessein de Dieu est que nous exprimions notre sexualité dans un contexte particulier pour l’épanouissement de la vie humaine. C’est dans l’union sociale et sécuritaire du mariage que l’on peut jouir de la sexualité.

L’humanité entière est invitée à recevoir l’oeuvre rédemptrice de Christ, qui mène à l’épanouissement en Dieu et à une vie vécue pour lui et non pour nos propres fins. (…)

Ensemble, nous nous efforçons de refléter Christ et de nous conformer à notre identité commune en lui. La solidarité est un concept clé pour l’épanouissement humain. La rédemption comprend la rédemption de nos relations et de notre sexualité. Cela ne signifie pas pour autant que le mariage soit la condition nécessaire pour l’épanouissement personnel. Bien au contraire, la Bible enseigne que les croyants qui restent célibataires sont encore plus épanouis dans leur service pour Dieu que s’ils étaient mariés. L’intimité et la communion se retrouvent dans le mariage. Elles se retrouvent aussi dans l’église, les amitiés et les relations avec les collègues.

 

0 réponses sur "Le ministère avec les personnes LGBTQ (1/2)"

    Laisser un message

    À propos

    Multi-C est la plateforme de formation en ligne gratuite de l'Union Baptiste.

    Qui est en ligne?

    Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site
    Copyright© 2015- Union d'Églises Baptistes Francophone du Canada | Site développé par Nelmedia. Tous droits réservés.
    Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
    error

    Suivez-nous !!!

    Facebook
    Facebook